WILLIAM MORRIS ET LA COMMUNE

samedi 19 septembre 2015

JPEG - 71.7 ko
William Morris et la section d’Hammersmith
de la Ligue Socialiste Anglaise vers 1890

Dans le numéro 62 du bulletin La Commune , vous avez publié une photo d’un touche-à-tout génial de la culture anglaise : poète, romancier, architecte, décorateur... La seule œuvre accessible en français est, à ma connaissance, une traduction de 1957 (complète et bilingue) de son roman majeur The News from nowhere— Les Nouvelles de nulle part — publié par la librairie Aubier à des fins agrégatives.

William Morris fut également le fondateur du premier parti anglais se réclamant du socialisme. Il est à noter que dans l’un de ses poèmes, The Pilgrims of Hope, les deux derniers chapitres se passent pendant la Commune (A Glimpse of the coming day – Coup d’œil sur les temps à venir) et au cours de la Semaine sanglante (Meeting the war-machine – Face à la machine de guerre). Le spectacle, que notre chorale Chantons Liberté avait monté sur le thème de la Commune, reprenait le titre du poème de W. Morris : Les Pèlerins de l’espoir, et j’avais traduit quelques vers du poème :

Année après année, autour du drapeau rouge
Les hommes chercheront
Les conseils des vaincus et le pardon des morts.
Les plaies se fermeront,
Et se tairont les chants absurdes des vainqueurs.
Alors on comprendra la portée des exploits
Des vaincus, des maudits qui furent sages avant l’heure.

JEAN GÉRON


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345