Il va sans dire que Victor Hugo laisse des souvenirs mémorables dans ce coin des Ardennes. Et aujourd’hui encore, Vianden cultive la mémoire hugolienne. Pendant son exil de la France bonapartiste, Victor Hugo fait plusieurs courts séjours à Vianden dans le cadre de ses voyages sur le Rhin (en 1862, 1863, 1864, et 1865). Devenu réfugié politique après la Commune de Paris, il séjourne du 8 juin au 22 août 1871, avec sa compagne Juliette Drouet, à Vianden où il est accueilli triomphalement par la population.
Cette maison d’exil de deux étages est un musée depuis 1935, et pour le cinquantenaire de la mort de Victor Hugo, elle fait l’objet d’une rénovation muséographique complète (voir le site victor-hugo.lu).

JPEG - 114.5 ko
Buste de Victor Hugo

En fait, Vianden c’est un peu la ville de Victor Hugo car il est partout ! Un buste par Rodin trône sur le pont sur l’Our, sans parler des enseignes des hôtels, des restaurants et des magasins. Une visite pédestre de Vianden, sous un beau soleil automnal, nous occupe le reste de l’après-midi, et ceci à la veille de la foire aux noix.

En soirée, nous dînons à l’Hôtel Français, situé dans le vieux Luxembourg-Ville. C’est un moment privilégié avec nos amis luxembourgeois.
Dans une atmosphère pleine de convivialité Danielle Kies nous parle des activités du Comité Luxembourgeois de notre Association.

Le dimanche matin est consacré à la visite guidée de Luxembourg-Ville, tout particulièrement la ville historique avec ses fortifications dues à Vauban, ainsi que le quartier de l’Europe, ultra moderne et en pleine expansion. Mais le moment fort de cette visite a lieu au cimetière de Pfaffenthal (des bons malades) où est érigé un monument devenu symbole de la Commune de Paris (cf. l’article de Georges Beisson, « Les communards luxembourgeois  » dans notre bulletin n°53, 2013). C’est Henri Wehenkel, historien et ami de la Commune, qui nous résume l’histoire du cimetière et du monument.

Après cette matinée riche en découvertes, nous quittons le Luxembourg pour rejoindre la Lorraine. Près de Thionville, un copieux déjeuner nous attend dans une auberge accueillante. Puis, nous nous rendons à Neufchef, toujours en Lorraine, pour visiter la
mine de fer locale et son écomusée. Une visite guidée d’environ 1h30, conduite par d’anciens mineurs, nous permet de mieux comprendre l’évolution du travail des mineurs de fer, ainsi que les dangers inhérents à cette profession, depuis 1820 jusqu’à la fermeture de
la mine à la fin du XXe siècle.

Nous reprenons la route pour Paris où nous arrivons place d’Italie devant la mairie du XIIIe arrondissement à l’heure prévue. C’est la fin d’un beau voyage, toujours convivial avec les amies et amis de la Commune.

MARC LAGANA