LE CRI DU PEUPLE : LE TESTAMENT DES RUINES

Tardi et Vautrin, Le cri du peuple : Le testament des ruines, Casterman, 2004. 

Enfin voilà le dernier tome du Cri du peuple que l’on attendait avec patience, voilà la fin du suspens «historique» de Bassicousse, de Tarpagnan, de Ziquet et des autres.

En effet, «historique» car on peut dire que les deux auteurs se sont très bien documentés sur la Commune de Paris et surtout sur la dernière semaine (voir les descriptions visuelles des derniers combats et de la répression versaillaise). La description de la Semaine Sanglante est si stupéfiante de réalisme et de détails (cf. le Mur des fédérés et le cimetière du Père-Lachaise) que l’on ne peut rester insensible. L’atmosphère y est terrifiante de réalisme.

Le lecteur est pris dans l’action jusqu’à la fin tout à fait inattendue. En conclusion : cela est déjà terminé, alors que l’on en redemande.

 

Dominique Monjoie

Tardi et Vautrin, Le cri du peuple : Le testament des ruines, Casterman, 2004.

 

LOUISE MICHEL. AMOUR DU PEUPLE. HAINE DES INSTITUTIONS

Club municipal des retraités et du temps libre Bertrand de Bar, Louise Michel, Amour du peuple. haine des institutions, Club municipal des retraités : 9 rue du Collège, Bar-sur-Aube 10200.

Ce n’est ni le premier ni le dernier ouvrage sur Louise Michel qui vient de paraître, et à l’occasion du centenaire de sa mort, il y a bien des plumes qui s’activent.
Mais en voici un, d’une saveur exceptionnelle, rédigé avec le cœur et d’un style alerte, par le Club municipal des retraités et du temps libre Bertrand de Bar.
De très bonne facture, quant à sa présentation ainsi que pour son texte, sous la direction éclairée de Denise Floiras, nous est narrée une biographie chaleureuse de Louise Michel. Un plaisir inégalé de la lire. Cette brochure est proposée et vendue au profit de l’ONG «Médecins du Monde».

 

Robert Goupil

Club municipal des retraités et du temps libre Bertrand de Bar, Louise Michel, Amour du peuple. haine des institutions, Club municipal des retraités : 9 rue du Collège, Bar-sur-Aube 10200. 

 

Louise Michel (1830-1905)

G. Dittmar, Louise Michel (1830-1905), Paris, Editions Dittmar, 2004.

Gérald Dittmar le remarque lui-même dès la première phrase de sa préface : «Beaucoup de livres ont été consacrés à Louise Michel».

Un ouvrage de plus, donc. Mais dès les premières pages, avec cette impression étonnante, à la suite de Dittmar et de Louise, de galoper de l’école de la rue Oudot aux funérailles de Victor Noir, de l’Hôtel de Ville au Comité de vigilance de Montmartre, du Club de la Révolution à Meudon, des Moulineaux au Fort d’Issy, de Montrouge à … Prisons, procès, rapidité des évocations : cette impression d’actualité persiste. Puis c’est l’exil ; infatigable, Louise enseigne, coud, écrit, soutient.

Retour à Paris en 1880. Elle a 50 ans. Elle est admirée, respectée. Inlassable. Les cycles de conférences, les réunions, les manifestations se succèdent. Les procès et les incarcérations aussi. Il en sera ainsi jusqu’à la fin, toujours avec la même détermination, le même courage, sans jamais déroger, idéaliste et humaine, inflexible, irréprochable.

Certes, un livre de plus. Mais un livre nécessaire. Davantage documentaire que biographie traditionnelle, largement nourri des propres écrits de Louise, de témoignages de Communeux, d’extraits de la presse de la Commune, cet ouvrage s’accompagne d’une imposante iconographie : 74 clichés dont beaucoup de photographies. En annexes, 25 pages d’extraits du Journal officiel de la Commune, de témoignages. 37 présentations biographiques très complètes ; et une chronologie sociale, politique, historique, s’étend sur les 3/4 de siècle de la vie de Louise.

Quatre parties, donc, constituent l’ouvrage. Si bien que le lecteur, et ce n’est pas le moindre mérite de cet ensemble, est conduit à un constant va-et-vient de l’image au texte, de la date à la référence, du portrait au procès, du poème à la proclamation, l’un renvoyant à l’autre. Des interruptions, des retours en arrière, dans un maillage serré de citations, de réflexions, de détails et d’événements majeurs.

Dans cette manière de vaste guide de la Commune de Paris, à chacun d’élaborer son parcours, d’établir son information pour soi-même, de rencontres en récits, d’arrestations en expulsions, de prises de position en campagnes de presse. La consultation s’organise et s’inverse, se relit, se feuillette, se retrouve, se perd, se rattrape, s’affermit.

Pour à la fin nous restituer, sensible et actuelle, admirable et terrible, la figure de Louise, notre prochaine.

Marie-Berthe Sahores

G. Dittmar, Louise Michel (1830-1905), Paris, Editions Dittmar, 2004, 30 euros. En vente aux Amis de la Commune. 

LE DÉSHONNEUR DE VALÉRY GISCARD D’ESTAING

Gilles Perrault, Le déshonneur de Valéry Giscard d’Estaing, Éd. Fayard.

Mes aïeux ! Quelle déculottée ! Gilles Perrault, fidèle et ponctuel ami de la Commune, n’y va pas de main morte. C’est à propos de l’ancien Président de la République qui refusa la grâce de Christian Ranucci et qui, récemment, déclara qu’il ne le regrettait pas. Pourquoi parler de ce livre ?
Tout d’abord, en ce qui concerne la peine de mort.
Rappelons que, le 6 avril 1871, le 137ème bataillon de la Garde nationale va chercher les deux guillotines entreposées rue de la Folie-Régnault et les traîne devant la statue de Voltaire où elles seront brûlées devant une foule immense aux cris de : « A bas la peine de mort ! »
Ce livre-pamphlet est réconfortant car il démasque, tout au long de l’ouvrage, l’imposture du personnage que l’on supporta avec peine durant sept ans (il y en a d’autres aussi, hélas !)
Et puis ce livre est dédié à Pierre Ysmal. Un hommage auquel il aurait été sensible. Merci pour lui, ami Perrault.

R.G.

Gilles Perrault, Le déshonneur de Valéry Giscard d’Estaing, Éd. Fayard.

Zephirin Camélinat, Une vie pour la sociale

Actes du colloque de l’association Adiamos – 89, Zephirin Camélinat, Une vie pour la sociale.

Un colloque organisé par l’association Adiamos – 89 a mis en valeur la vie exemplaire de Zephirin Camélinat. Ce colloque s’est tenu le 11 octobre 2003 au musée Saint Germain à Auxerre.(Yonne) Les travaux viennent de paraître.
Les contributions de Michel Cordillot, Laure Godineau, André Combes, Gilles Candar, Thierry Hohl, Pascal Guillot, Jean Vigreux, Claude Delasselle et Madeleine Ribérioux, qui en tirait les conclusions, ont permis de mieux connaître ce personnage très attachant.
Ce document rappelle aussi cette journée d’hommage à Camélinat. La visite émouvante de sa maison natale, de son lieu d’habitation, le dépôt de gerbe sur sa tombe au cimetière de Mailly où Claude Willard prit la parole.
Cette rencontre permit aussi de nouer des liens avec les descendants anglais et français de Zephirin Camélinat.
Les Amis de la Commune ont participé nombreux à cet échange ( preuve en est les photocopies de photos qui illustrent ce document)
Des travaux à lire pour se souvenir de cette journée de commémoration pour mieux connaître ce communard mort en 1932 dont la mémoire s’est perpétuée dans l’Yonne jusque dans la Résistance puisque qu’un groupe de FTPF portait son nom.

En vente aux Amis de la Commune - Prix : 20 euros + frais d’envoi

C.R.

Actes du colloque de l’association Adiamos – 89, Zephirin Camélinat, Une vie pour la sociale.

BROCHURES, UNE COLLECTION QUI S’ENRICHIT SANS CESSE

Sans doute êtes- vous de ceux ou de celles qui guettez la sortie de nouvelles brochures pour compléter une collection déjà fort riche, que nous poursuivons depuis plusieurs années. Cette collection comporte déjà 17 titres que nous vous rappelons : Camélinat- Chantons la Commune -Eugène Varlin - Histoire de la Commune de Paris- Jean Baptiste Clément -L’action des femmes et la Commune -L’œuvre sociale de la Commune-La Commune et l’école-La Commune et la culture-La Commune et la démocratie-La Commune et les services publics-La Garde nationale -Léo Franckel, ministre du travail de la Commune Les clubs et sous comités-Les Communes de province -Louise Michel -Victor Hugo et la Commune      

Aujourd’hui deux titres viennent de paraître, une réédition et une nouveauté.

Une réédition : Louise Michel, une vie de combat .

La brochure Louise Michel était  presque épuisée. Bonne occasion pour la rééditer en l’améliorant encore. Cela a pris un peu de temps mais cela en valait la peine. Plus de pagination, donc plus de détails et d’illustrations.

Une nouveauté : - Zéphirin Camélinat, un personnage très attachant.

Cet ouvrier bronzier a été une des hautes figures de la Commune. Homme de confiance il gère la Monnaie avec compétence. Il apportera sous la mitraille les fonds qui serviront à payer les derniers combattants, avant d’aller se battre sur les barricades.

Vous pouvez commander par correspondance aux conditions habituelles en utilisant le bon de commande joint à ce bulletin.

Deux autres brochures   paraîtront prochainement. Il s’agit de Duval, Général de la Commune. Un document riche d’enseignement sur ce personnage méconnu.

La brochure « Chantons la Commune » presque épuisée est , elle aussi, en réédition. Comme d’habitude nous profiterons de cette réédition pour l’améliorer en ajoutant de nouveaux textes. Nous vous tiendrons informés de ces futures publications.

C.R.