Rencontre avec la présidence de la République

Le 14 novembre 2012, nous avons été reçus par David Kessler, conseiller Culture et Communication au cabinet de François Hollande.
Nous avons rappelé le discours du président de la République prononcé à la mairie de Paris, lors de son investiture : « … l’esprit de 1871 qui a conduit à refuser la défaite et à s’ériger en Commune avant que la semaine sanglante ne vienne écraser cette aspiration… ».
Nous lui avons fait part de notre souhait qu’une journée de commémoration de la Commune puisse avoir lieu le 28 mars, jour de sa proclamation. Cette journée pourrait permettre de soulever la chape de plomb qui pèse encore sur la Commune.


Nous demandons l’aide de la présidence de la République pour que la nation reconnaisse d’une façon significative la Commune de Paris qui pendant 72 jours a exercé ses pouvoirs au service du peuple : démocratie, émancipation des femmes, place des étrangers, droit des mal-logés, action contre la peine de mort. Trente-quatre ans avant la loi de 1905, les communards ont décrété la séparation de l’Église et de l’État, installant ainsi la laïcité dans notre pays. Aujourd’hui encore, en Europe, notre pays garde sa spécificité laïque.

Nous avons mentionné l’obtention, dans plusieurs mairies d’arrondissements, de plaques au nom des élus de la Commune, elles ont été apposées dans les galeries où figurent celles des maires. À la caserne Lobau, une plaque signale, depuis le 25 mai 2011, les milliers d’exécutions hâtives. À la mairie du Xe, une plaque souligne le rôle des femmes durant la Commune «  pour la défense de la République et pour la justice sociale  ».
Les démarches entreprises auprès des organismes et ministères pour la pose de plaques commémoratives ont du mal à aboutir. Un appui de la présidence permettrait sans doute de faire avancer ces dossiers.
Monsieur Kessler nous a accueilli courtoisement, il a pris note de nos demandes et a proposé l’appui de la présidence dans nos démarches. Il a montré son intérêt pour des manifestations culturelles comme l’interprétation de l’oeuvre symphonique de Chostakovitch qui accompagnait le film La Nouvelle Babylone.
Nous allons lui adresser un courrier lui rappelant notre entrevue et lui demandant ce que sera la suite concrète de nos échanges.

Françoise Bazire, Claudine Rey et Jean-Louis Robert

JPEG - 2.4 ko
Compte-rendu de l’entretien avec le Sénat le 14 décembre 2012

Nous avons été reçus, fort aimablement, par M. Bertrand Pellé, de la direction des événements du Sénat.

Nous avons présenté nos demandes et projets : des plaques rappelant la présence de la Cour martiale au Sénat et l’administration du Musée du Luxembourg par la Commune, une statue dans le jardin, l’amélioration du texte concernant la Commune sur le site du Sénat, la réalisation d’une grande exposition tant artistique que pédagogique. M. Pellé nous a indiqué qu’il ne pouvait pas répondre à toutes nos demandes concernant des réalisations permanentes (plaques, statues…), ce qui concerne une autre direction vers laquelle il nous a renvoyés.

À propos des grandes expositions sur les grilles du jardin du Luxembourg, il nous indique que le Sénat ne fait que prêter les grilles, ne donne aucune subvention, mais choisit les exposants. Ces expositions doivent être de très haute qualité technique et sont donc d’un coût extrêmement élevé… Il nous adresse également à la directrice de la Bibliothèque du Sénat pour voir les fonds disponibles.

Il reste la solution d’une exposition dans les modules de l’Orangerie, moins grand public, mais tout de même très fréquentée. Pour chaque module, compter un coût de locationassurances de près de 3000 euros. Il est parfaitement possible de louer deux modules. Là encore, il faut présenter un dossier qui est examiné pour chaque année en janvier. Il nous encourage donc à postuler très rapidement.

Jean-Louis Robert

JPEG - 2.4 ko
Demande d’apposition d’une plaque des élus de la Commune en mairie du IIIe arrondissement de Paris

 

 

Suite à notre courrier adressé à Monsieur Aidenbaum, maire du IIIe arrondissement, nous avons été reçus en mairie ce 5 novembre par M. Patrick Badard, conseiller d’arrondissement, délégué à la Culture, à l’Animation locale et à la Mémoire, et par Mme Linda Bryman. L’association était représentée par Claudine Rey, présidente, Charles Fernandez et moi-même, responsables de la commission Patrimoine.
En préambule, M. Badard s’informe des mairies d’arrondissement ayant apposé une plaque en hommage aux élus de la Commune et se montre favorable à la satisfaction de notre demande. Monsieur Badard nous fait part de l’absence en mairie de plaques commémorant les maires des mandatures précédentes (ces plaques ont été déposées lors de travaux sans être remises), mais il est d’accord sur le principe d’une plaque reprenant le nom des élus de la Commune et d’un court texte expliquant cette période. Claudine se propose d’aider à la rédaction du texte. M. Badard doit voir, avec le directeur général des Services, un emplacement propice dans l’entrée de la mairie, accessible au public, lors de Paris communards par exemple.
M. le conseiller se montre également intéressé par la perspective d’agrémenter l’inauguration d’une exposition et/ou d’une conférence. Claudine Rey évoque les plaques des places Elisabeth Dmitrieff et Nathalie Le Mel, lesquelles ne comportent aucune mention de la Commune, mais seulement « 1871 ».
M. Badard souhaiterait qu’une plaque soit apposée au 14, rue de la Corderie, siège parisien de l’Internationale de 1868 à 1871. Nous nous proposons d’en élaborer le texte et de le lui soumettre.

Sylvie Pépino