Le 20 avril 2013, nous étions une centaine de participants

à notre assemblée qui se tenait à la mairie du XIe, lieu de mémoire puisque c’est là que la Commune a siégé après avoir dû quitter l’Hôtel-de-Ville.

Claudine Rey nous a fait le rapport des activités de l’année écoulée. Elles furent encore nombreuses. Nous avons clôturé officiellement notre pétition pour la réhabilitation le 18 mars, jour de notre manifestation entre l’Assemblée nationale et le Sénat. Nos multiples démarches permettent de lever un peu la chape de plomb qui pèse sur ces événements. Nous avons obtenu des rendez-vous auprès du ministère de
l’Education nationale, de la présidence de la République, du Sénat mais en revanche pas encore de l’Assemblée nationale. Nous avons été écoutés, mais cela ne suffit pas : nous n’avons pas de réponses à nos questions et nous continuerons inlassablement nos démarches.

Nos amis sont nombreux à participer à la vie de l’association, chacun selon ses disponibilités, pour donner un petit coup de peinture, aménager
et ranger les locaux, participer aux activités, écrire des articles pour le bulletin, nous notons l’adhésion de nombreux jeunes. Cela nous prouve que non, la Commune n’est pas morte !

Les commissions ont présenté leurs nombreuses activités qui sont toujours l’occasion de rencontrer nos adhérents, mais également un
nouveau public.

La permanence à la bibliothèque est assurée par des amis le mercredi après-midi, nos adhérents peuvent venir consulter les ouvrages.

Les amis de comités locaux nous ont parlé de leurs initiatives : conférences, expositions. A Dieppe, si le comité n’a pu obtenir que soit modifié le nom de l’avenue Thiers, une plaque rappelant qui était ce sinistre personnage a été inaugurée.

Claudine Rey nous informe qu’elle prend « sa retraite » en tant que présidente, mais continue son activité dans l’association. Nous l’avons élue présidente d’honneur. C’est Joël Ragonneau qui va lui succéder dans cette fonction, il a fait l’unanimité.

Nous avons souhaité modifier le nom de l’association et une assemblée générale extraordinaire se réunira le 19 octobre pour statuer sur le nom
« Les ami-e-s de la Commune de Paris 1871 ».

Les projets évoqués nous annoncent une année à venir bien remplie.

Françoise Bazire