expocommuneart
Inauguration de notre exposition « La Commune et les arts  »

En présence du maire Sébastien Jumel et de quelques élus, une plaque, dénonçant les crimes du bourreau de la Commune de Paris que fut Thiers, a été dévoilée dans la rue qui porte encore ce nom honni. Même si, selon nous, il eût été préférable de débaptiser cette rue, nous nous réjouissons de ce que nous considérons comme une avancée. Il s’agit, en effet, de donner à la mémoire de la Commune sa juste place dans l’histoire nationale et internationale, et de contribuer à la réhabilitation des communards. Deux expositions ont été présentées aux Dieppois à la Maison Jacques Prévert.

La première, « La Commune et les arts », leur a montré l’activité culturelle foisonnante de la période. Une conférence de notre président national, Jean-Louis Robert, le 16 novembre, et, grâce au musée d’art et d’histoire de St-Denis, une présentation de trois clichés du
 hotographe de la Commune, Bruno Braquehais, né à Dieppe en 1823, ont enrichi le sujet. Pionnier du photo-journalisme, il fut l’un des seuls à avoir immortalisé les combattants et le petit peuple de Paris.

La seconde exposition, fruit du travail long et patient de notre regretté président, Guy Décamps, concernait «  Les Dieppois pendant la Commune de Paris ». Un questionnaire en direction du public scolaire accompagnait le tout. Un café-littéraire avec Didier Daeninckx, prix Goncourt de la nouvelle 2012, venu présenter Le Banquet des affamés, un roman sur Maxime Lisbonne, le «  D’Artagnan de la Commune », s’est tenu à la médiathèque Jean Renoir, le 23novembre.

JPEG - 29.9 ko
Malgré la pluie, nous avons chanté Le Temps des Cerises

Comme chaque année, en novembre, nous avons fleuri d’œillets rouges la plaque dédiée à Louise Michel qui passa par Dieppe, à son retour du bagne de Nouvelle-Calédonie en 1880. Malgré la pluie, nous avons chanté Le Temps des Cerises avant de partir pour notre traditionnel banquet, à la ferme aux chèvres du Val de Bures, auquel quelques-uns de nos amis parisiens ont participé.

GÉRALD ET GUILAINE MAISSE