Le 6 avril 2019, nous étions réunis à la Mairie du XIVe arrondissement pour notre assemblée générale.

Françoise Bazire présente le rapport d’introduction, puis Joël Ragonneau apporte des précisions sur la préparation du 150e anniversaire : la conférence itinérante, qui se déroulera dans les villes de province du 19 au 26 mars, une application smartphone pour le Père-Lachaise, un jeu de l’oie, les cerfs-volants à Dieppe, etc. Le débat est très riche et de nombreuses idées viennent alimenter les divers projets. La préparation du 150e anniversaire permet de renforcer le travail avec les comités locaux, ce qui est une avancée positive.

Notre demande pour une station de métro « Commune de Paris » est revenue au premier plan. La RATP ne voulait pas modifier le nom de la station « Belleville » en « Belleville - Commune de Paris 1871 », pourtant elle a accepté de changer « Europe » en « Europe - Simone Veil ». Nous n’avons rien contre ce choix, mais pourquoi y aurait-il deux poids, deux mesures ? Nous relançons donc notre demande.

Certain.e.s de nos adhérent.e.s ont exprimé le souhait de recevoir notre bulletin en version numérique. Nous n’avons pas l’intention de mettre fin au bulletin papier, mais, afin de pouvoir répondre à cette demande, nous allons envoyer un questionnaire afin de mettre en place ces choix en 2020.

À l’occasion de l’inauguration de la plaque sur la tombe de Jean Allemane, en partenariat avec Info’Com CGT, le matin même du 6 avril, Sylvie Pepino rappelle que c’est le fruit d’un travail de longue haleine.

Les commissions œuvrent toutes pour faire connaître la Commune, à travers leurs nombreuses initiatives (conférences, expositions, Paris communards, etc.). Les bulletins en rendent compte tout au long de l’année. Les représentations de notre pièce de théâtre, Le rendez-vous du 18 mars, se multiplient, notamment dans les établissements scolaires.

Toutes les commissions ont besoin d’être renforcées. Dans les faits, la commission communication n’existe plus. Pourtant, son rôle est important ; il s’agit de faire connaître notre travail à la presse, aux adhérents, aux organisations partenaires de la montée au Mur. Nous lançons donc un appel à nos adhérents pour la faire revivre.

Ensuite, Christine Michot nous présente le rapport financier qui fait apparaître une perte de 2949 euros, essentiellement parce que nous avons dû réaliser des travaux. Un point a été débattu sur l’envoi du bulletin pendant trois ans aux adhérents qui ne règlent plus leur cotisation. Il a été décidé de passer à deux ans. Des ami.e.s peuvent rencontrer des difficultés passagères et nous ne souhaitons pas les priver de cette lecture.

FRANÇOISE BAZIRE