Répondant à notre appel invitant tous nos Amis de province à participer activement et de toutes les façons à la réalisation de notre bulletin, un adhérent de Tours, R. Bailleul, nous a fait parvenir des documents historiques d’un grand intérêt.

La barricade par ManetIls concernent un cousin germain de son grand-père maternel, Eugène Bérault, jeune ouvrier né en 1855 et décédé en 1931. Blessé, il fut pris par les Versaillais sur une des dernières barricades, rue de Montreuil, le 27 mai 1871. Il échappa au peloton d’exécution sans doute grâce à son jeune âge (il avait 19 ans et, donc, était mineur).

Plus tard, le 4 janvier 1872, il fut acquitté « pour avoir agi sans discernement ».

Merci à notre ami pour toutes ces précisions, qui nous rappellent la citation de l’écrivain conservateur Paul Bourget dans « Le Figaro » du 13 septembre 1895 : « J’ai vu crever à coups de crosse le crâne des blessés, fusiller les cadavres ».

Nous publions les documents du Conseil de guerre relatifs au jeune Eugène Bérault.

  Document du 6ème Conseil de guerre – Procès-verbal d’interrogatoire d’Eugène Berault daté du 27 décembre 1871.          Document du 6ème Conseil de guerre - jugement d’acquittement d’Eugène Berault daté du 4 janvier 1872.

La qualité d’impression peut en être altérée, ceux-ci étant issus de photocopies.  Merci de votre compréhension.

Jean-Marc Lefébure