Il est des legs dont on ne peut passer sous silence le nom du donateur ! Notre ami Jean Cunière est de ceux-là. Il a donné à l’association la médaille dont les photos ci-dessus vous montrent combien le Centenaire tenait à cœur aux amis de l’époque. De bronze, elle coûtait 30 Francs en 1971. Outre le nom des communards illustres, il y a la citation de Victor Hugo : « C’est ici le combat du jour et de la nuit », un dernier vers servant d’épitaphe de l’illustre écrivain.

Médailles du centenaire de la Commune de Paris 1871            Médaille du centenaire de la Commune de Paris 1871

Cette médaille a trouvé sa place dans une vitrine de notre local, où elle peut être vue par tous ceux qui y viennent travailler.

Justement Jean y vient régulièrement, avec d’autres que je nomme les « petites mains » : qui de coller les adresses ! qui d’y adjoindre les informations des différentes activités ! qui de tamponner les enveloppes ! les coller ! Tout ceci pour que notre bulletin arrive jusqu’à vous.

Ce n’est pas vraiment une commission structurée comme les autres, mais, sous la houlette de Christine, organisatrice, cette activité des « petites mains » s’accompagne d’une liberté de paroles qui joue parfois sur des anecdotes, des boutades, l’autodérision et les rires fusent, car il n’est pas rare que des histoires pas racontables s’expriment là ! La bonne humeur d’un travail astreignant se termine presque toujours par un « communard » bien mérité.

SIMONE MATUSALEM